• Y'a pas de prévenance ! de Jean-Charles Hue



    Auteur : Y'a pas de prévenance !
    Traducteur : Noura Wedell (vers l'anglais)
    Date de publication : 2012
    Editions : Éditions Aux forges de Vulcain
    Pages :157
    Autres : Édition bilingue (français - anglais)
    Mon avis
    Follow this link for the ENGLISH REVIEW 

    * Je veux bien danser, chanter, mais pas faire n'importe quoi. Je suis un gitan avant d'être un artiste.*

    Y’ a pas de prévenance ! rassemble pour la première fois les écrits de Jean-Charles Hue. L’artiste a conçu cet ouvrage comme un parcours à travers son univers artistique, entre le monde gitan et le Mexique de Tijuana et des combats de chiens. Il a pour ce faire mis en dialogue ses textes avec des images tirées de ses films, de ses vidéos et de ses séries photographiques, dont une a été réalisée spécialement pour l’occasion.
    On y retrouve les personnages et les histoires, à la fois pleines d’humour et habitées d’un souffle épique, qui traversent ses vidéos et films. La langue orale et argotique qui caractérise ses écrits use de sonorités proches du vieux français et nous emmène dans un monde atemporel. Les objets (quart militaire, pistolet, couteau, voiture) qui sont récurrents dans son vocabulaire artistique servent ici de guides dans une atmosphère qui mélange crudité et sensualité.
    Etonnant. Si je devais choisir un seul mot pour décrire cette œuvre, ce serait celui-là. Etonnant. Au fil des pages, je suis allée de surprise en surprise jusqu’à la fin. Ce qui est certain, c’est que le livre de Jean-Charles Hue n’est pas ordinaire. Je vais donc commencer par remercier le forum A&M pour l’organisation de ce partenariat, et les éditions Aux forges de Vulcain de m’avoir offert ce livre en échange d’une chronique honnête. Ce fut une découverte remarquable et je suis heureuse d’avoir saisi l’opportunité de lire quelque chose de différent.
    Je voudrais tout d’abord me concentrer sur l’apparence du livre car sa qualité m’a beaucoup impressionnée. L’image de couverture est plutôt sombre et il n’y a pas de résumé sur la quatrième-de couverture. Ce sont normalement des défauts que je ne supporte pas. Pourtant, lorsque j’ai ouvert le livre, la mise en page m’a coupé le souffle : il y a des images, différents types de textes… Le tout très élégant, et c’est une édition bilingue français – anglais. Je suppose qu’étant donné le parcours artistique de l’auteur, on pouvait s’y attendre, mais honnêtement, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre avec ce livre.
    En ce qui concerne la lecture, je dois admettre que j’ai ressenti une certaine confusion au début. Une confusion à cause des images que je ne comprenais pas vraiment. Une confusion à cause du côté sombre qui transparaît des textes et des photographies. Une confusion à cause du vocabulaire, de style oral et familier. Une confusion à cause de la version bilingue, aussi : par où commencer ? Par le français ou l’anglais ? J’étais quelque peu déstabilisée par l’aspect inhabituel de ce libre. J’ai décidé de lire les textes français puisqu’il s’agit de la langue originale, et ensuite l’anglais. En vérité, j’ai fait un joli mélange de tout cela. Au fil des histoires, je me suis habituée au style et j’ai commencé à comprendre les images.
    L’ouvrage est composé de neuf textes différent, dont la longueur varie entre quelques lignes et douze pages. Ils nous emmènent en voyage dans l’univers de l’auteur, recréant des moments importants de sa vie. Ainsi, nous découvrons quelques anecdotes de son enfance, sa vie avec les gitans, le Mexique, et différents personnages… Aucun d’entre eux n’est conventionnel et tous paraissent un peu étranges au premier abord, mais on apprend à les connaître et pour finir, on comprend leur importance aux yeux de Jean-Charles Hue. Le vocabulaire utilisé a certainement été mon plus grand problème : de l’argot, des expressions de la langue parlée, des mots spécifiques aux milieux particuliers que j’ai mentionnés plus haut. Heureusement, l’avantage de la version bilingue est que je pouvais facilement passer du français à l’anglais quand j’avais un doute, ce qui a amélioré ma compréhension globale.
    Un autre point fort du livre est l’interview que l’on trouve à la fin. Il comprend des questions posées par la responsable d’édition et les réponses de l’auteur. Elles nous donnent des informations supplémentaires sur la vie de Jean-Charles Hue, sur sa vision de l’art et aussi des explications à propos de certaines photographies et leur importance affectives pour lui. Dans ces pages, plus d’argot, le style est soigné et élégant, ce qui constitue un contraste claire avec les petites histoires. J’ai aimé ce changement car il marque la différence entre le monde réel et le monde artistique. L’argot est le charme du milieu gitan, de Mexico. Il nous y transporte.
    A la fin, il y a également une courte biographie de l’auteur et une légende des images, qui est très utile pour mieux les comprendre. Le fait que grand nombre d’entre elles soient tirées des films réalisés par Jean-Charles Hue m’a donné envie de regarder ces derniers et, tout comme j’ai aimé le livre, j’ai aimé les quelques extraits que j’ai pu visionner jusqu’à maintenant. La seule critique que je pourrais formuler concerne les couleurs de scènes, qui par leur obscurité nous empêchent de bien distinguer les sujets de l’image. J’aurais aimé pouvoir distinguer plus de choses, saisir une plus grande quantité de détails, mais je crois comprendre pourquoi l’obscurité a été choisie ; elle convient mieux aux textes et donne un aspect mystérieux aux images.
    En ce qui concerne le public cible de cet ouvrage, je ne sais pas exactement à qui je le recommanderais. A mon avis, le plus important est d’être ouvert car c’est un travail très inhabituel. Je ne pense pas qu’une affection particulière pour l’art contemporain soit nécessaire pour apprécier le livre, même si la plupart des images sont de ce style. Je dois admettre que je n’y suis normalement pas sensible, mais j’ai beaucoup aimé ma lecture. Quiconque intéressé par un voyage dans un monde qui est tout sauf commun, qui souhaite rencontrer des gitans et des Mexicains, et à qui l’argot et le style oral ne pose pas de problème, appréciera sans aucun doute Y'a pas de prévenance.

    Partenariat avec les Éditions Aux forges de Vulcain
    Un grand à la maison d'édition pour sa confiance
    Ma chronique sur le site des Forges de Vulcain ici


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :