• Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
    Date de publication : 2010
    Editions : Le livre de poche
    Pages : 209
    Mon avis

    * Ce jour-là, elle acquit deux certitudes définitives : il l'agaçait profondément et, si elle le pouvait, elle ne le quitterait jamais.*

    "Cher monsieur Balsan,
    Je n'écris jamais car, si j'ai de l'orthographe, je n'ai pas de poésie. Or, il me faudrait beaucoup de poésie pour vous raconter l'importance que vous avez pour moi. En fait, je vous dois la vie. Sans vous, je me serais tuée vingt fois." Odette Toulemente
    La vie a tout offert à l'écrivain Balthazar Balsan et rien à Odette Toulemonde. Pourtant, elle est heureuse. Lui pas. Leur rencontre fortuite va bouleverser leur existence. Huit récits, huit femmes, huit histoires d'amour. De la petite vendeuse à la milliardaire implacable, de la trentenaire désabusée à une mystérieuse princesse aux pieds nus en passant par des maris ambigus et des mères en mal de filles, c'est une galerie de personnages inoubliables qu'Eric-Emmanuel Schmitt poursuit avec tendresse dans leur quête du bonheur.
    Huit nouvelles sur le thème de l'amour et du bonheur. Huit personnages féminins très différents. Huit lieux servant de cadre à des actions variées. Dans Odette Toulemonde et autres histoires, Eric-Emmanuel Schmitt nous présente des scènes de la vie quotidienne peuplées de personnages attachants et hauts en couleur. Chaque petite histoire possède ses spécificités, mais toutes sont touchantes et surprenantes.
    "Wanda Winnipeg" nous montre qu'il suffit d'un geste pour changer la vie d'une personne, et que le passé est toujours important, même si l'on tente de l'oublier à tout prix. C'est probablement la nouvelle qui m'a le plus plu. Je l'ai trouvée extrêmement touchante et bien construite – même si le tout joue un peu sur les stéréotypes – et la fin inattendue et très belle.
    "C'est un beau jour de pluie" s'occupe d'un thème bien plus sérieux: la mort. La manière dont elle est présentée est toutefois divertissante, basée sur deux personnages diamétralement opposés... qui ont peut-être plus à partager qu'ils ne l'imaginent. Les dernières lignes, un peu surprenantes, nous ramènent au début et amènent le lecteur à revivre cette histoire encore et encore.
    Dans "l'intruse", nous suivons Odile, une femme persécutée par une intruse qui s'introduit sans cesse dans son appartement, sans but apparent. Le style de l'auteur nous emmène au plus profond des pensées d'Odile, ressentant sa confusion et sa peur qui grandissent au fil des pages. La fin m'a toutefois déçue, car j'avais pu deviner le fin mot de l'histoire avant de le lire.
    "Le faux" nous présente Aimée, une femme désillusionnée après sa séparation, et une jeune étudiante amenée à vivre avec elle, Kumiko. Le point fort de cette histoire est sans doute le double point de vue présent du début à la fin. Cela montre bien que chacun peut interpréter les faits à sa manière, et la fin, bien qu'un peu cliché, m'a paru être une jolie leçon de morale.
    "Tout pour être heureuse" m'a perturbée, tant par son début que par sa fin. Le titre en dit déjà long sur le contenu et la typologie de l'héroïne, mais il laisse également sous-entendre que ce n'est, en quelque sorte, qu'une illusion – sinon, si elle était réellement heureuse, il n'y aurait pas d'histoire, non? De manière classique, le lecteur apprend qu'il y a un secret derrière cette femme en apparence si parfaite. La fin vient toutefois tout chambouler, nous amenant à nous questionner sur l'importance du moment présent.
    "La princesse aux pieds nus" est une autre des nouvelles qui m'ont le plus séduite. Très courte, elle met en scène un petit acteur qui tente de retrouver la mystérieuse princesse avec qui il a passé une nuit lors de ses premiers succès. Elle se termine par un revirement de situation très inattendu qui montre bien que chacun perçoit les autres à sa manière.
    "Odette Toulemonde", qui a donné le titre au roman, ne m'a pas transportée autant que je l'espérais. Le début, l'admiration d'Odette pour un écrivain et leur rencontre, m'a beaucoup plu, mais la suite manquait, à mes yeux, de réalisme. Tout semblait trop parfait, une histoire à l'eau de rose qui se résout de manière aussi simple. Néanmoins, il peut être agréable de rêver de temps à autres.
    "Le plus beau livre du monde" change complètement de décor et nous emmène dans un goulag. Les femmes qui y ont été envoyées tentent de fabriquer un livre à transmettre à leur famille, mais comment trouver les mots justes à apposer sur un espace si réduit? C'était sans compter sur l'idée de génie de l'une d'entre elles.
    Toutes ces histoires nous invitent à partager quelques pages avec des personnages provenant de tous milieux. Si certains thèmes sont récurrents, tels que l'amour, le bonheur et l'art, chaque récit présente un certain nombre de particularités quant au contenu et à la technique narrative, ce qui a l'avantage de maintenir notre attention éveillée au fil de la lecture. Plus que par le contenu, c'est par la construction des histoires que j'ai été impressionnée: les revirements de situation, les petits récits d'évènements ordinaires qui pourraient arriver à n'importe qui d'entre nous, les surprises qui nous guettent au fil des pages. Même si le tout est, dans l'ensemble, assez romantique (probablement trop pour certains lecteurs), c'est un livre très agréable qui se lit facilement. À mon avis, c'est une lecture de plage parfaite, tant pour le thème que pour la division en histoires courtes, qui nous permet d'interrompre notre lecture plus facilement.

    Merci à Cloé et sa famille de m'avoir prêté ce livre


    1 commentaire

  • couverture livre

    Auteur : Jenny Sigot Müller
    Date de publication : 2012
    Editions : Éditions Mon Village
    Pages : 208
    Mon avis

    * Les interprètes sont des messagers de paix, car ils ne prennent jamais parti *

    Jusqu’où iriez-vous par amour ? est une question fréquente. Mais jusqu’où iriez-vous par haine ? Jusqu’où ?
    Sonia Clancy, jeune interprète de conférence diplômée a tout pour réussir. Elle est motivée, sérieuse, douée pour les langues. Mais c’était sans compter sur un détail ou plutôt une personne qui allait croiser son chemin.
    Très vite, la cabine, son lieu de travail, se transforme en cage de verre et entre ses parois oppressantes, Sonia risque à tout moment de perdre sa voix.
    Comment aurais-je pu passer à côté du "Journal d'une jeune interprète de conférence"? Lorsque j'ai lu l'article consacré au premier roman de Jenny Sigot Müller, je n'ai bien sûr pas résisté, et la chance a voulu que je le reçoive pour Noël. Une auteur qui a étudié au même endroit que moi, le monde des interprètes de conférence qui m'attire tant, une intrigue promettant du suspense et de l'angoisse... Tous les ingrédients étaient réunis pour me séduire. Dans l'ensemble, ce fut une lecture agréable, même si ce n'est pas le roman parfait auquel je m'attendais et que j'ai plusieurs aspects à critiquer.
    Je reste sur une impression générale positive et je dois admettre être arrivée à la fin de ce roman sans même m'en rendre compte. Le style est simple, alternant descriptions et dialogues, action et explications sur le métier d'interprète, rendant la lecture facile et entraînante. Néanmoins, l'histoire en général manque, à mes yeux, cruellement de réalisme. Avec Sonia Clancy, une interprète, comme personnage principal et une auteur qui exerce elle-même ce métier, j'espérais découvrir la face cachée du métier alors que nous avons plutôt affaire à des clichés: une interprète qui a vient de terminer ses études et décroche contrat de rêve sur contrat de rêve, qui est sympathique et extrêmement douée. Qui travaille pour le Parlement, pour le CERN, pour l'ONU et même pour le Président des États-Unis. Tout cela ne m'a pas semblé très réaliste, même si on se prend à admirer l'héroïne.
    De même, sa relation avec sa collègue commence directement dans l'extrême, ce qui m'a un peu dérangée, car j'aime apprendre détail après détail sur un personnage pour me construire sa psychologie. Dès les premiers pas de Sonia dans le monde du travail, elle se trouve confrontée à cette femme qui lui voue une haine inexplicable. J'ai toutefois trouvé divertissant les manœuvres des deux personnages pour tenter de remporter la victoire sur l'autre, même si j'avais une fois encore du mal à imaginer une telle histoire dans la vie réelle.
    Au fil des pages, les évènements s'enchaînent de plus en plus rapidement dans le but de créer une ambiance plus oppressante à chaque nouvelle attaque de la part de cette horrible collègue. L'impression, bien que quelque peu grossière, est réussie malgré quelques détails qui mériteraient, à mon avis, d'être approfondis. La fin arrive également à toute vitesse et on a à peine le temps de comprendre ce qui s'y passe que nous arrivons déjà au point final. Il en va de même pour les quelques passages romantiques qui, je trouve, n'apportent pas réellement de substance à l'intrigue. J'aurais aimé savoir où cette histoire d'amour mène notre héroïne, avoir plus d'informations sur ses sentiments et sur la suite des événements. Les amateurs de fins ouvertes à l'interprétation seront toutefois enchantés!
    Malgré ces points négatifs, Jenny Sigot Müller met bien en valeur une des qualités principales de l'interprète: celle de s'adapter à toute situation et de travailler dans un nombre incroyable de domaines différents. Nous suivons ainsi notre héroïne à des conférences économiques, juridiques et scientifiques, à des négociations de contrat, à des séances promotionnelles, à des discussions pour les droits de l'homme. Autant de sujets qu'il faut s'approprier pour pouvoir transmettre le message aux auditeurs.
    Entre deux voix est un roman sympathique et divertissant, qui se lit rapidement et agréablement, empli de poésie, de passages divertissants et d'autres angoissants. Entre un roman policier, une histoire d'amour et une présentation de la profession, il n'est, à mes yeux, pas suffisamment abouti en particulier en ce qui concerne la psychologie des personnages et leurs relations. Je pense qu'il plaira à de nombreux lecteurs, mais ceux qui s'attendent à découvrir l'arrière-scène du métier d'interprète seront probablement quelque peu déçus par le manque de réalisme et les clichés qui se retrouvent au fil des pages.

    Le site consacré au roman Entre deux voix


    1 commentaire

  • Challenge A&M Maisons Partenaires
    Organisé par: le Forum A&M
    Du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013
    Voici le deuxième challenge organisé par le forum auquel j'ai décidé de participer.

    Ce challenge met de l'avant de nos maisons d'édition partenaires qui nous offrent régulièrement des romans à chroniquer. Il consiste à choisir des romans dans les catalogues des maisons d'édition que nous avons présélectionnées. Vous trouverez cette liste un peu plus bas. Au fur et à mesure de vos lectures, vous atteindrez différents niveaux. Le but étant de vous rendre le plus haut possible, tout au long de l'année.

    Une fois encore, j'ai décidé de ne pas mettre la barre trop haut et de commencer par le niveau Lecteur Timide, entre 0 et 10 livres.

    1) Aux Forges de Vulcain: Après la vague, d'Alexander Key
    2) Scrineo Jeunesse: Zoanthropes #1: La métamorphose, de Matthias Rouage



    votre commentaire

  • Challenge A&M Adaptations
    Organisé par: le Forum A&M
    Du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013
    Les admins de mon forum adoré ce sont donné beaucoup de peine pour proposer des challenges qui sortent de l'ordinaire... Et j'ai bien sûr eu l'envie de participer à tous, mais je vias me contenter de deux pour le moment.

    Ce challenge consiste à choisir des oeuvres que ce soit des livres, des films ou des séries qui possèdent une adaptation et les découvrir. Le but étant de comparer les deux et d'énumérer les bons points comme les moins bons. Du film au livre? Du livre au film? Peu importe! Amusez-vous c'est tout ce qui compte!
    Ce sera donc pour moi l'occasion de continuer la section que j'avais commencé sur ce blog avec la chronique du film War horse, section que je n'ai jamais continuée.
    Pour ne pas être trop ambitieuse, je m'inscris tout d'abord au niveau néophyte, 0 à 5 livres lus et adaptations vues.



    votre commentaire


  • European Reading challenge 2013
    Organised by: Rose City Reader
    From January 1st 2013 to January 31st 2014
    This year I decided to take part in this challenge again, as I really enjoyed it and still have many books set in European countries on my TBR shelf.

    The idea is to read books by European authors or books set in European countries (no matter where the author comes from). The books can be anything – novels, short stories, memoirs, travel guides, cookbooks, biography, poetry, or any other genre. You can participate at different levels, but each book must be by a different author and set in a different country – it's supposed to be a tour.

    There are five different levels: I chose the five-star one (Deluxe Entourage) again - Read at least five books by different European authors or books set in different European countries.

    1) France: Odette Toulemonde et autres histoires, de Eric-Emmanuel Schmitt
    2) Switzerland: Entre deux voix, de Jenny Sigot-Müller
    3) 3.1) England: When will there be good news?, by Kate Atkinson
        3.2) Scotland: La dame sombre, de Ambre Dubois
    4) Germany: Das dunkle Haus am Meer, von Susanne Mischke



    1 commentaire